bourlinguer


bourlinguer

bourlinguer [ burlɛ̃ge ] v. intr. <conjug. : 1>
• fin XVIIIe; p.-ê. de boulingue « petite voile »; → bouline
1Mar. Avancer péniblement contre le vent et la mer. rouler.
2Naviguer beaucoup. Avoir bourlingué dans les mers du Sud. Fig. et fam. Voyager beaucoup en menant une vie aventureuse (cf. fam. Rouler sa bosse). « Bourlinguer », œuvre de Cendrars. N. f. BOURLINGUE .

bourlinguer verbe intransitif (peut-être de boulingue, petite voile) Fatiguer, en parlant d'un navire qui lutte contre un gros temps ou qui est soumis à des manœuvres pénibles. Familier. Avoir une vie aventureuse ; voyager beaucoup : Bourlinguer dans le monde entier.

bourlinguer
v. intr.
d1./d MAR En parlant d'un navire, rouler et tanguer violemment, en n'ayant presque pas d'erre.
d2./d Naviguer beaucoup.
Fig., Fam. Courir le monde.

⇒BOURLINGUER, verbe intrans.
A.— MAR. [En parlant d'un navire qui lutte contre le gros temps] Avancer péniblement, se fatiguer à la manœuvre :
1. Je me souviens bien du trois-mâts russe (...). Depuis trois jours il bourlinguait au large de Villers, il labourait dur la houle...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 140.
P. ext., rare. [En parlant d'une voiture] :
2. Tout craquait, autour de Karelina. La vieille machine gémissait et bourlinguait, au long de la route droite, large, déserte et ruisselante, à l'infini...
VAN DER MEERSCH, L'Empreinte du dieu, 1936, p. 74.
P. anal., pop. [En parlant d'une pers.] Travailler difficilement, sans profit, sans succès; lutter péniblement, se fatiguer pour un piètre résultat :
3. Moi, je suis un fils d'ouvrier, enfin de contremaître. Boursier. Une enfance dure. (...) Pour faire mon droit, m'a fallu bourlinguer à côté. Commis de librairie, puis (...) des adresses à domicile.
ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 119.
Rem. Lar. encyclop. signale, mais sans attest. ni ex., un emploi trans. au sens de « secouer » ou de « transporter çà et là ».
B.— P. ext., cour., fam. [En parlant d'un marin, et p. ext. de toute autre pers.] Voyager (non sans peine ou aventures), rouler sa bosse à travers le monde. Bourlinguer sur toutes les mers :
4. J'aimais bien Félicien. (...) Il avait eu une jeunesse difficile et avait dû traîner ses grolles un peu partout (...). C'est ainsi qu'il avait bourlingué jusque dans les mers de Chine à bord des longs-courriers...
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 276.
Prononc. :[], (je) bourlingue [].
Étymol. ET HIST. — [Mot connu à la fin du XVIIIe s. selon JAL et DG]; 1. 1831 mar. (WILL.); 2. 1861 fam. et arg. « voyager beaucoup » (A. Lecomte dans L. LARCHEY, Dict. hist. d'arg., 1878, p. 57); 3. 1878 (L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, p. 51 : Bourlinguer. Renvoyer, dans le jargon des ouvriers).
Peut-être à rattacher à boulingue « voile supérieure voisine de la hune » (1509, LEMAIRE DE BELGES, Illustrations de Gaule, I, 32 dans HUG.), les deux mots étant d'orig. inc.; un rapp. avec le verbe bouliner (EWFS2) ne convient pas du point de vue morphol. (FEW t. 15, 1, p. 231b, note 3).
STAT. — Fréq. abs. littér. :21.
DÉR. Bourlingue, subst. fém. arg. ,,Congé donné à un ouvrier`` (L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, 1878, p. 51). P. ext., loc. Être dans la bourlingue. Être ,,dans une situation gênée, précaire`` (G. DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p. 45). 1re attest. 1878 supra; dér. régr. de bourlinguer étymol. 2.
BBG. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 169 (et s.v. bourlingue).

bourlinguer [buʀlɛ̃ge] v.
ÉTYM. Fin XVIIIe, selon Jal; attesté 1831; p.-ê. de boulingue ou selon Guiraud, du provençal bourla, dimin. de bourre désignant de petits objets (bogue de châtaigne, coquille vide…) d'où « être agité sur la mer comme une coquille de noix ».
———
I V. intr.
1 Mar., vieilli. Avancer péniblement contre le vent et la mer, en roulant et tanguant.
2 Naviguer beaucoup. || Avoir bourlingué dans les mers du Sud.
(1861). Fig., fam. Voyager beaucoup, mener une vie aventureuse (cf. fam. Rouler sa bosse). || Bourlinguer, récit de Blaise Cendrars.
———
II V. tr. (1878). Fam., vx. Renvoyer, licencier (un employé). || Il s'est fait bourlinguer.
DÉR. Bourlingage, bourlingue, bourlingueur.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.